jeudi 18 février 2021

1001 raisons d'adopter le revenu universel :
1. éradiquer la pauvreté extrême

1001 reasons for universal income:
1. eradicating extreme poverty

 

Man sleeping on Canadian sidewalk,
The Blackbird (Jay Black), CC BY-SA 2.0 2007
FR  Les progrès techniques de l'humanité devraient en principe lui permettre de subvenir à ses besoins. Malheureusement, la répartition très inégale des richesses réduit une partie importante de la population à une pauvreté indécente, souvent proche de l'esclavage. Même en Europe, beaucoup vivent encore dans une misère indigne de la sécurité sociale qui y est revendiquée. Bien souvent, c'est la complexité administrative de ces systèmes de sécurité qui les rend inaccessibles à celleux qui en ont le plus besoin, même lorsqu'iels y ont pleinement droit.

Le revenu universel de base serait un moyen simple et efficace de garantir un matelas de sécurité à toute personne en situation précaire. En Europe, un revenu mensuel inconditionnel de 1001 € par adulte et de 500,5 € par enfant, par exemple, permettrait à chacun-e de vivre dans la dignité, quelles que soient ses compétences, sa situation et ses choix de vie. Le sans-abrisme, les banques alimentaires, les aides sociales d'urgence... seraient enfin reléguées aux oubliettes.

Le financement de ce système se ferait par une fiscalité juste, à laquelle chacun-e contribuerait en fonction de ses revenus réels. Cela réduirait les inégalités extrêmes et apporterait l'ultime pierre, sans doute la plus solidaire, à notre sécurité sociale. La société apaisée qui en résulterait inspirerait alors le monde, redonnant à l'Europe l'élan des lumières qu'elle n'aurait jamais dû perdre.

D'accord avec moi? Alors signez la pétition WeMove.EU pour mettre sur pied un revenu inconditionnel d'urgence en Europe!

---


EN  The technical progress of mankind should in principle enable it to meet its needs. Unfortunately, the very unequal distribution of wealth reduces a large part of the population to indecent poverty, often close to slavery. Even in Europe, many people still live in a misery unworthy of the social security systems claimed here. In many cases, it is the administrative complexity of these security systems that makes them inaccessible to those who need them most, even when they are fully entitled to them.

A universal basic income would be a simple and effective way of guaranteeing a safety mattress for everyone in a precarious situation. In Europe, an unconditional monthly income of €1001 per adult and €500.5 per child, for example, would allow everyone to live in dignity, regardless of their skills, circumstances and life choices. Homelessness, food banks, emergency social assistance... would finally be consigned to oblivion.

This system would be financed by a fair tax system, to which everyone would contribute according to their real income. This would reduce extreme inequalities and provide the ultimate, perhaps the most supportive, building block to our social security system. The resulting peaceful society would then inspire the world, giving Europe back the momentum of enlightenment it should never have lost.

Agree with me? Then sign the WeMove.EU petition for an emergency basic income in Europe!

samedi 29 août 2020

1001 raisons d'adopter le revenu universel :
4. en finir avec le statut d'artiste

1001 reasons for universal income:
4. the end of artist status

 

Vincent van Gogh, De slaapkamer, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22554513
Vincent van Gogh, De slaapkamer, Public Domain

FR
  L'art, et plus largement toute forme de création,  sont des piliers vitaux de toute société humaine. Qu'auraient été les hominidé-e-s de Cro-Magnon sans les peintures de Lascaux? Ou les civilisations égyptienne, grecque, chinoise... sans leurs architectes, sculpteurs, poètes? Que serait l'Europe actuelle sans Léonard de Vinci, Camille Claudel ou John Lennon? Exercer un art est à la fois un accomplissement individuel fondamental et un ciment social inépuisable.

Malheureusement, nos sociétés reconnaissant rarement ce rôle essentiel à sa juste valeur. Celles et ceux qui décident de consacrer tout ou partie de leur existence à l'art peinent souvent à s'offrir une vie décente. Les autres ne s'y risquent même pas. Il s'agit là d'un gaspillage énorme de talent, d'un irréparable manque de bonheur à gagner. Le revenu universel de base serait un moyen simple de réenchanter ce risque artistique, en le délestant d'angoisses matérielles fondamentales comme le logement ou l'alimentation. Il donnerait à chacun-e l'occasion de consacrer le temps de son choix à son art, depuis l'apprentissage technique jusqu'aux créations les plus audacieuses.

Un revenu mensuel inconditionnel de 1001 € par adulte, par exemple, remplacerait avantageusement tout système compliqué de statut d'artiste. Sans complexité administrative ou contrôle des activités, sans arbitrage délicat entre artistes et non-artistes, un tel système garantirait en outre des moyens de subsistance aux acteurs-actrices indirect-e-s du monde artistique, aux intermittent-e-s et aux artisan-e-s (ingénieures du son, maquilleurs, camerawomen, caissiers...), dont les revenus sont eux aussi souvent très aléatoires, surtout en période de crise.

Bien sûr, tout individu n'a pas nécessairement le talent pour devenir Hildegard von Bingen ou Guy de Maupassant. La force d'un revenu universel de base est que tous les revenus générés par la pratique artistique s'y ajouteraient de manière inconditionnelle. Les artistes à succès seraient donc toujours riches, alors que les artistes peu talentueux, ou les Vincent van Gogh, incompris de leur époque, mèneraient une vie modeste mais décente plutôt que de sombrer dans la misère. Tou-te-s seraient par contre infiniment riches de la liberté d'exercer leur art à volonté, et de le partager à l'humanité entière.
 

D'accord avec moi? Alors signez la pétition WeMove.EU pour mettre sur pied un revenu inconditionnel d'urgence en Europe, en attendant mieux! Vous êtes vous-même artiste et souhaitez vous impliquer dans cette cause commune du statut d'artiste et du revenu universel? Contactez-moi en message privé!

---


EN  Art, and more broadly all forms of creation, are vital pillars of any human society. What would have been the Cro-Magnon hominids without the Lascaux paintings? Or the Egyptian, Greek, Chinese civilizations... without their architects, sculptors and poets? What would Europe be today without Leonardo da Vinci, Camille Claudel or John Lennon? Practicing an art is both a fundamental individual achievement and an inexhaustible social cement.

Unfortunately, our societies rarely recognize this essential role at its true value. Those who decide to devote all or part of their lives to art often struggle to afford a decent life. Others do not even dare to do so. This is an enormous waste of talent, an irreparable loss of happiness to earn. A universal basic income would be a simple way of re-enchanting this artistic risk, by relieving it of material anxieties such as housing or food. It would give everyone the opportunity to devote the time of his or her choice to his or her art, from technical training to the most daring creations.

An unconditional monthly income of €1001 per adult, for example, would advantageously replace any complicated system of artist status. Without administrative complexity or control of activities, without delicate arbitration between artists and non-artists, such a system would also guarantee a means of subsistence for indirect actors in the artistic world, for casual workers and craftsmen (sound engineers, make-up artists, camerawomen, cashiers...), whose income is also often very uncertain, in particular during crises.

Of course, not everyone has the talent to become Hildegard von Bingen or Guy de Maupassant. The strength of a basic universal income is that all income generated by artistic practice would be added to it unconditionally. Successful artists would therefore still be rich, while less talented artists, or the misunderstood Vincent van Gogh's of their time, would lead modest but decent lives rather than sink into misery. On the other hand, they would all be infinitely rich in the freedom to exercise their art at will, and to share it with the whole of humanity.


Agree with me? Then sign the WeMove.EU petition for an emergency basic income in Europe, waiting for better! Are you an artist yourself and would you like to get involved in the common cause of artist status and universal income? Contact me by private message!

vendredi 27 mars 2020

1001 raisons d'adopter le revenu universel :
2. surmonter les crises

1001 reasons for universal income:
2. overcoming crises

© Time Magazine 2017
FR  La crise actuelle révèle, comme d'autres auparavant, la fragilité de nos sociétés. Elle frappe cruellement les personnes les plus vulnérables, sans abri, âgées ou isolées. Mais elle risque surtout de faire basculer dans la misère les personnes aux revenus très faibles ou très incertains (aides-ménagères, livreuses, artistes...). Les mécanismes d'aide publique étant complexes et bureaucratiques, ils risquent d'arriver trop tard pour éviter ce drame social.

Le revenu universel de base serait un moyen simple d'éviter de telles situations et de rendre notre société bien plus résiliente face aux crises, même majeures. Un revenu mensuel inconditionnel de 1001 € par adulte et de 500,5 € par enfant, par exemple, permettrait à chacun-e de se loger et de s'alimenter dignement, sans luxe excessif mais sans crainte du lendemain. Ce système serait un matelas de sécurité sur lequel chacun-e pourrait compter et se reposer, qui remplacerait les aides publiques comme le revenu d'intégration sociale, les allocations familiales ou le statut d'artiste. Le personnel de ces instances pourrait alors se recentrer sur ses missions premières: l'accueil, l'aide et le conseil aux personnes.

Comment financer ce système? En augmentant l'impôt, à condition que cette augmentation soit répartie de manière juste, en comptabilisant tous les types de revenus de chaque individu ou entreprise. Pour les revenus les plus faibles, typiquement les personnes n'ayant pas les moyens de posséder leur propre logement, le revenu universel s'ajouterait purement et simplement à leurs revenus actuels. Pour les revenus moyens, typiquement les personnes dont la seule possession est leur propre logement, le revenu universel compenserait la hausse d'impôts. Pour les seuls revenus élevés, typiquement les personnes touchant des loyers et des dividendes, l'impôt serait plus élevé que le revenu. Le système serait donc financé par les personnes qui en ont les moyens, au bénéfice de toutes et en vue d'une société plus juste et plus apaisée.

Où appliquer ce système? À toute l'Union Européenne, dont les valeurs et l'organisation en sortiraient grandement renforcées. Pour éviter les flux migratoires, il importe en particulier que des pays ayant ouvert leurs frontières mutuelles adoptent ensemble le revenu universel. Le rôle de l'UE pourrait se limiter à imposer aux états membres de mettre en place le système, et à définir une fourchette de montants mensuels, que chaque état pourrait adapter à sa situation particulière. L'Europe, à la croisée de l'humanisme, du libéralisme et du socialisme, est en effet le laboratoire idéal pour lancer cette révolution douce, qui pourrait par la suite inspirer le monde entier.


D'accord avec moi? Alors signez la pétition WeMove.EU pour mettre sur pied un revenu inconditionnel d'urgence en Europe!

---


EN  The current crisis reveals, like others before, the fragility of our societies. It badly strikes the most vulnerable, homeless, elderly and isolated people. But above all, it risks tipping people with very low or very uncertain incomes into poverty (housekeepers, delivery persons, artists, etc.). As public aid mechanisms are complex and bureaucratic, they risk arriving too late to avoid this social tragedy.

A universal basic income would be a simple way to avoid such situations and to make our society much more resilient to even major crises. An unconditional monthly income of €1001 per adult and €500.5 per child, for example, would allow everyone to find accommodation and food with dignity, without excessive luxury but without fear of tomorrow. This system would be a safety mattress on which everyone could rely and rest, which would replace public aid such as social integration income, family allowances or artist status. The personnel of these bodies could then refocus on their primary missions: welcoming, helping and advising people.

How to finance this system? By increasing taxes, provided this increase is distributed fairly, by accounting for all types of income of each individual or business. For the lowest incomes, typically people who cannot afford to own their own housing, universal income would simply be added to their current income. For average incomes, typically people whose only possession is their own housing, universal income would compensate for the increase in taxes. For high income only, typically people getting rents and dividends, taxes would be higher than income. The system would therefore be financed by the people who can afford it, for the benefit of all and for a fairer and more peaceful society.

Where to apply this system? To the whole European Union, whose values ​​and organization would greatly gain from it. To avoid migratory flows, it is particularly important for countries which have opened their mutual borders to adopt universal income together. The role of the EU could be limited to impose member states to set up the system, and to define a range of monthly amounts, which each country could adapt to its particular situation. Europe, at the crossroads of humanism, liberalism and socialism, is indeed the ideal laboratory to launch this gentle revolution, which could subsequently inspire the whole world.


Agree with me? Then sign the WeMove.EU petition for an emergency basic income in Europe!

jeudi 15 novembre 2018

Bienvenue en Europe; parlez-vous Espéranto?
Welcome in Europe; do you speak Esperanto?

FR  Les langues sont l'une des plus formidables richesses culturelles de l'Europe. Elles révèlent tant nos origines communes que nos subtiles différences et sont une source inépuisable d'échanges et de rencontres.

Néanmoins, il est des circonstances où l'efficacité pratique et la simplicité devraient l'emporter. Qui n'a jamais pesté sur un mode d'emploi d'électroménager ou sur une notice de médicament écrite en 24 langues? Qui n'a jamais cherché son chemin dans une gare étrangère sans rien comprendre à la signalisation? À l'heure où l'on parle de police et d'armée européennes, n'est-il pas temps de disposer d'une langue unique et efficace? L'anglais joue de fait ce rôle actuellement, mais sa complexité et le contexte politique du Brexit en font un choix peu souhaitable.

Une alternative bien plus idéaliste et égalitaire existe pourtant depuis 140 ans: l'Espéranto! Langue extrêmement facile à aborder (ses quelques règles simples s'acquièrent en quelques heures), langue imaginative mêlant racines latines et germaniques, elle pourrait devenir notre lingua franca, notre langue neutre, notre langue tremplin vers les autres peuples d'Europe. Et si les fonctionnaires européens montraient l'exemple en l'adoptant comme langue de travail? Voilà qui simplifierait grandement le fonctionnement de nos institutions... et qui en réduirait le cout!

D'accord avec moi? Alors signez la pétition Avaaz pour que l'Espéranto devienne la 25ème langue officielle de l'Union Européenne, maintenant!

---

EN  Languages are one of the most tremendous cultural wealth of Europe. They reveal both our common origins and our subtle differences. They are an inexhaustible source of exchanges and meetings.

Nevertheless, there are circumstances where practical efficiency and simplicity should prevail. Who has not cursed on an appliance manual or a medicine note written in 24 languages?  Who has not looked his way in a foreign station without understanding the signs?  At a time when we talk about the European police and army, is not it time to have a unique and effective language? English plays this role at present, but its complexity and the political context of Brexit make it an undesirable choice there.

A much more idealistic and egalitarian alternative has existed for 140 years: Esperanto! This language is extremely easy to approach: its few simple rules can be learned in a few hours. It is imaginative, mixing Latin and Germanic roots. It could become our lingua franca, our neutral language, our springboard language to other peoples of Europe. What if European officials set an example by adopting it as a working language? This would greatly simplify the operation of our institutions ... and reduce their cost!

Agree with me? So sign the Avaaz petition for Esperanto to become the 25th official language of the European Union, now!

jeudi 22 février 2018

Pour en finir avec le décret inscription

À côté de l'indice composite du décret inscription,
l'équation de Schrödinger est un jeu d'enfant!
Le "décret inscription" (pour ceux qui ont la chance de ne pas le connaitre, il s'agit du monstre administratif qui régit l'inscription des élèves de la Fédération Wallonie Bruxelles en première année de l'enseignement secondaire) est un contrexemple parfait de simplicité politique... ou un exemple parfait de complexité politique inutile, voire inhumaine!

Espérer qu'une formule mathématique incompréhensible puisse résoudre de manière juste les problèmes de mixité sociale de l'enseignement, qui sont bien réels, est un fantasme politico-administratif kafkaïen dont il est urgent de sortir. La solution se trouve dans la simplicité:

  • faire confiance aux directions d'écoles et aux professeurs pour construire librement des projets pédagogiques variés,
  • faire confiance aux parents d'élèves pour choisir librement le projet pédagogique qui convient à leur enfant.

Est-ce à dire que l'état n'a aucun rôle à jouer? Que du contraire: son rôle est de construire un cadre simple, cohérent, et orienté vers l'intérêt collectif, dans lequel ces libertés peuvent s'exprimer au mieux. Concrètement, dans le cas présent, il est essentiel que l'état

  • fixe les objectifs de l'école comme étant l'épanouissement de chaque élève, quelles que soient son origine et ses capacités. En cela, l'idée d'un tronc commun jusque 15 ans quasiment sans redoublement, d'un enseignement totalement gratuit, telles qu'envisagées dans le pacte d'excellence et pratiquées dans les pays les plus avancés en termes de système éducatif, est certainement un progrès notoire. Finis donc les projets pédagogiques basés sur un élitisme intellectuel stérile (le "triomphe du QI") dès le secondaire inférieur, dès le primaire, voire parfois dès le maternel!
  • rende le choix d'école par les parents aussi confortable, simple et transparent que possible. Finies donc les nuits de camping devant les "bonnes écoles" la veille de l'ouverture des inscriptions, les armées de téléphonistes payés à prix d'or par les plus nantis pour "être le premier", finis les indices composites alambiqués menant à des situations aberrantes (ghettoïsations, domiciliations fictives, allongement des trajets domicile-école...). En revanche, une centralisation des demandes des parents (un site internet leur permettant d'encoder les écoles de leur choix, au nombre de leur choix, par ordre décroissant de préférence) et un algorithme visant à maximiser la satisfaction collective, sont essentiels et simples à mettre en œuvre.
  • supervise le travail des écoles à l'aide de quelques indicateurs simples: nombre de demandes des parents, nombre de places disponibles, nombre d'élèves par classe, diversité socio-économico-linguistique des élèves entrants, taux de réussite des élèves sortants dans leurs études ultérieures... puis aide les écoles à améliorer leur fonctionnement (discrimination positive, échange de bonnes pratiques...)
Comment arriver à tout cela en Belgique francophone, une région d'Europe qui a manifestement "mal à son système éducatif", et ce depuis bien longtemps?
  • En participant aux travaux du pacte d'excellence. Personnellement, j'essaie d'y faire passer l'idée d'un "décret inscription ultrasimplifié", projet ouvert à tout commentaire constructif!
  • En signant notre pétition Avaaz pour une supervision par l'Europe des systèmes éducatifs nationaux, en particulier celui de la Fédération Wallonie Bruxelles.


mardi 24 octobre 2017

Pour en finir avec le changement d'heure
The end of daylight saving time

Salvador Dalí, La persistència de la memòria (1931)
Salvador Dalí, La persistència de la memòria (1931)
FR  Le changement d'heure est un exemple édifiant de complexité politique, inutile et irrespectueuse des citoyens,

Réintroduit dans les années 70, soi-disant pour réaliser des économies d'éclairage, son bénéfice n'a jamais été totalement établi à l'époque, et il le serait encore moins à l'heure actuelle vu les progrès technologiques comme les lampes LED. Une invention absurde et désagréable, donc, voire nocive, qu'il est urgent de faire passer aux oubliettes!

Que celles et ceux qui apprécient "l'heure d'été" se rassurent, les journées sont très longues en été, que l'on change d'heure ou pas! Il s'agit bien de supprimer le changement d'heure; peu importe l'heure finalement retenue. Passons donc à l'action pour que le prochain changement d'heure soit le dernier!

D'accord avec moi? Alors signez la pétition WeMove.EU destinée à mettre la pression sur les dirigeants européens, qui trainent des pieds malgré la quasi-unanimité de 4,6 millions de citoyens européens!

---

EN  The daylight saving time is a striking example of political complexity, both useless and disrespectful of citizens. 

Reintroduced in the 70s, supposedly to achieve lighting savings, its benefit was never fully established at the time, and it would be even less so at present given technological advances like LED lamps. Unnecessary, unpleasant, and even harmful invention, then, that it is urgent to consign to oblivion!

Those who appreciate "summer time" can rest assured, the days are very long in summer, whether you change time or not! What is important is to forget about time change; no matter which time is finally chosen. Let us thus take action so that the next change of time be the last!

Agree with me? Then sign the WeMove.EU petition, aimed at putting pressure on the European leaders, who are dragging their feet despite the quasi-unanimity of 4.6 million European citizens!

lundi 15 août 2016

Une agence qualité pour l'enseignement européen!
A Quality Assurance Agency for European Education!

By Metropolitan School - Own work, CC BY-SA 3.0
FR – L'Europe doit-elle se mêler d'éducation? Dans le détail, certainement pas: les États et les régions, mieux que quiconque, peuvent s'adapter aux contextes et aux populations locales. En revanche, lorsque ces États et ces régions négligent leurs systèmes éducatifs ou peinent à les gérer, comme c'est le cas en Belgique francophone depuis des dizaines d'années, l'Europe se doit de jouer les garde-fous.

L'actualité récente rappelle douloureusement qu'une jeunesse non éduquée, abandonnée à un avenir sans espoir dans une seule ville d'Europe, en soit-elle la capitale, représente un danger pour le continent tout entier. La jeunesse et l'éducation constituent pourtant l'avenir de toute société. Une réflexion sur ces thèmes à l'échelle européenne est donc une formidable opportunité de renouer avec les idéaux fondateurs de la construction européenne et de redonner un souffle à cette Europe sociale et humaniste dont l'absence se fait si cruellement sentir.

Un moyen de pression constructif de l'Union Européenne sur les États membres pourrait être la création d'une agence de qualité pour l'enseignement européen. Celle-ci stimulerait les échanges de bons procédés ayant fait leurs preuves dans de nombreux pays et ferait respecter des normes de qualité minimales (nombre d'élèves par classe, financement, formation des professeurs, autonomie des écoles, qualité des infrastructures...), prévenant ainsi les situations catastrophiques constatées actuellement dans certaines parties du plus riche continent de la planète.

C'est l'objet d'une pétition que j'ai récemment lancée sur Avaaz et que je vous encourage à signer ici.
---

EN - Should Europe be involved in education? In detail, certainly not: the states and regions, more than anyone, can adapt to the local contexts and populations. However, when these states and regions neglect their education systems or struggle to manage them, as has been  the case in French-speaking Belgium for decades, Europe must act as safeguards.

Recent events prove that uneducated youth, abandoned to a hopeless future in a single city of Europe, be it its capital, is a danger to the whole continent. Yet, youth and education are the future of any society. A reflection on these issues at the EU level is therefore a great opportunity to reconnect with the founding ideals of the European construction and to breathe new life to this social and humanist Europe whose absence is so cruelly felt.

A constructive leverage on EU member states could be the creation of a quality agency for European education. This would boost exchanges of good practices proven in many countries and would impose minimum quality standards (number of students per classroom, funding, teacher training, school autonomy, quality of infrastructure...) thereby preventing the catastrophic situations currently observed in parts of the richest continent on the planet.

This is the subject of a petition that I recently launched on Avaaz and that I encourage you to sign here.